Guy Mamou-Mani : directeur général de Groupe Open

Publié le par Real del Sarte

 
Guy Mamou-Mani
directeur général de Groupe Open

« Groupe Open sera un acteur majeur de la consolidation dans l’Hexagone »

Un commentaire sur les résultats que vous venez de publier ?
Nous observons un dynamisme sur tous les secteurs d’activité et sommes très satisfaits de ces résultats. Dans le domaine des services informatiques, la croissance sera de 8 à 10% sur l’ensemble de l’année tandis que le secteur de la distribution à valeur ajoutée affiche aujourd’hui des performances de 20%, supérieures aux attentes du marché.

Le chiffre d’affaires du deuxième trimestre a été inférieur aux prévisions des analystes en raison d’un report de livraisons subi par Logix. Ce problème semble avoir été réglé puisque ce pôle enregistre une croissance de son chiffre d’affaires de 23% ce trimestre. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Sur les six premiers mois de l’année, nous avons respecté nos engagements et affiché un chiffre d’affaires supérieur à la croissance du marché. Le report de livraisons subi par Logix a eu des répercutions sur les résultats du premier semestre. Toutefois, il a eu un impact positif sur les chiffres du troisième trimestre. Nous avons également connu des reports entre le troisième et le quatrième trimestre. De tels reports sont essentiellement dus à des problèmes de logistique.

Quels sont vos objectifs en termes de chiffre d’affaires et de rentabilité opérationnelle pour l’ensemble de l’exercice 2006 ?
Le chiffre d’affaires de Groupe Open devrait enregistrer une croissance très sensiblement supérieure à 10% sur l’ensemble de l’année et le résultat opérationnel courant annuel devrait dépasser les 18 millions d’euros. Toutefois, les analystes qui suivent notre valeur ont une vision plus optimiste. Pour notre part, nous préférons rester prudents.

Quels sont les axes prioritaires de croissance de Groupe Open ?
Notre objectif est de réaliser un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros, dont un tiers dans le secteur des services informatiques. Nous tablons sur un développement parallèle de nos deux activités. Pour Teamlog-Innetis, nous visons un doublement du chiffre d’affaires au cours des quatre prochaines années grâce à une croissance organique accompagnée d’une importante croissance externe. En ce qui concerne Logix, nous envisageons de nous développer dans d’autres pays européens tels l’Allemagne, l’Angleterre et l’Italie.

Votre objectif est d’atteindre un chiffre d’affaires (mix croissance organique et externe) de 1 milliard d’euros. Quand pensez-vous pouvoir rallier ce seuil ? 
En 2010. L’évolution actuelle de Groupe Open permet de conforter l’atteinte de cet objectif. 200 millions d’euros proviendront de la croissance interne du groupe et 300 millions d’euros de la croissance externe. Un tiers du chiffre d’affaires sera réalisé par la branche services informatiques et les deux autres tiers par l’activité distribution à valeur ajoutée.

Votre société détient majoritairement Teamlog. Un rachat des minoritaires est-il envisageable à court ou à moyen terme ?
Nous déterminerons ce point en fonction de l’intérêt de nos actionnaires.

Quel sera l’impact de la cession d’Innetis à Teamlog sur le Groupe Open ?
La cession d’Innetis à Teamlog permettra à Groupe Open de monter dans le capital de ce dernier. Il appartient maintenant aux experts de déterminer la valeur de la société pour ensuite savoir quelle part elle représentera dans le capital de Teamlog.

Partagez-vous l’avis du cabinet d’études Gartner Group qui table sur une croissance de 6% du secteur des SSII d’ici à 2009 ?
Nous sommes au début d’un cycle positif. Depuis fin 2004, mes confères et moi observons une croissance dans le secteur des SSII et nous avons encore deux à trois ans de progression devant nous. Selon le syndicat professionnel Syntec Informatique, le marché français des logiciels et des services a enregistré une progression de 6,5 % au premier semestre 2006, et de 6,5 % à 7,5 % sur l'ensemble de l'année.
Certains essayent de jeter le trouble mais cette phase de croissance correspond à un cycle normal.

Que pensez-vous de l’OPA de Weinberg Capital sur Team Partners ?
Le secteur des SSII est en pleine période de consolidation. Il ne s’agit ni de la première opération de ce genre ni de la dernière. Groupe Open entend jouer un rôle important en France puisque nous envisageons de doubler notre chiffre d’affaires et nos effectifs. Dans les mois à venir, nous devrions annoncer certains projets en ce sens. En effet, nous étudions de nombreux dossiers et j’ai la conviction que Groupe Open sera un acteur majeur de la consolidation dans l’Hexagone.

Propos recueillis par C.P.

Publié le 20 Octobre 2006 Copyright © 2006  Retour à l'accueil
 

Publié dans INTERVIEW

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article